CE MARDI 17 AVRIL, à Namur, les travailleurs des services affiliés à la FEDOM, dont le SPAF fait partie, ont manifesté contre le projet d’Assurance Autonomie !

 

LE MARDI 17 AVRIL à 10h00, en collaboration avec la FGTB Horval, les travailleurs des 11 services affiliés à la Fédération wallonne de services d’aide à domicile (FEDOM) dont le Service Provincial d’Aide Familiale (SPAF asbl) est membre, se sont unis à ceux de la Fédération des Centres de Services à Domicile (FCSD), pour manifester devant les locaux de la Ministre CDH de l’Action sociale et de la santé, Alda GREOLI (rue des Bourgeois – 5000 NAMUR).

Quel a été l’objectif de notre mobilisation ? Rassembler un maximum de travailleurs – Employés et Ouvriers du secteur des Services d’Aide aux Familles et aux Aînés (SAFA) – pour protester contre l’actuel projet d’Assurance Autonomie !

Au vu de la tournure que prend l’Assurance Autonomie, il est important de pouvoir réagir rapidement et surtout, activement ! Car ce projet aura un impact non négligeable sur le travail, entre autres, de nos Aides Familiales. Effectivement, telle qu’imaginée actuellement et pour autant que le Bénéficiaire atteigne un certain score sur une échelle de mesure de la dépendance « BelRAI Screener », l’Assurance Autonomie prévoit que les Aides Familiales interviennent au domicile des Bénéficiaires sur base « d’un montant déterminé en euros ». Au-delà de ce montant, les Bénéficiaires devront financer eux-mêmes le surplus, au tarif plein (€35/heure) !

D’un accompagnement global et polyvalent, leur métier risque d’évoluer vers une prise en charge prioritairement sanitaire de plus en plus morcelée. Le métier d’Aide Familiale sera alors majoritairement orienté vers des tâches sanitaires (toilettes…) au détriment de l’accompagnement social !

Parallèlement, l’Assurance Autonomie envisage de ne plus accompagner des personnes actuellement aidées par les Aides Familiales, comme par exemple, certaines familles fragilisées. Exemple : Une dame de 55 ans, paralysée des quatre membres et du tronc à la suite d’une sclérose en plaques, passée au crible du BelRAI Screener (l’outil d’évaluation), obtient la cote de 9 sur 30. Cette situation pourtant lourde en matière de perte d’autonomie obtient un faible score parce que la Bénéficiaire ne souffre pas de troubles cognitifs ou du comportement…

Dès lors, que deviendront ces personnes une fois mises  « hors système » ? … Les services estiment entre 20 à 40% le nombre de Bénéficiaires qui n’auraient pas le droit à l’Assurance Autonomie ! Une chose est sûre : toutes ces  personnes qui ne répondraient pas aux conditions restreintes de l’échelle de dépendance «  BelRAI Screener » seraient contraintes de payer, d’emblée, le tarif plein de €35/heure pour les interventions d’Aides Familiales et de €27/heure pour les prestations d’Aides Ménagères Sociales !

L’actuelle proposition d’Assurance Autonomie, en plus de prévoir le prélèvement par les mutualités d’une cotisation annuelle et obligatoire de €50 par citoyen (âgé de 26 ans et plus), ne permettra donc plus aux services d’aide à domicile d’accompagner tout le monde comme cela se fait aujourd’hui !

La fonction d’Assistant(e) Social(e) sera également touchée car « le montant octroyé en euros par Bénéficiaire » créera une pression au niveau de la conception du plan d’aide et des relations avec les Bénéficiaires.

Au travers de ce rassemblement et en collaboration avec la FCSD et la FGTB Horval, la FEDOM a fait entendre sa voix ! Bien plus qu’une simple révision de l’actuel projet d’Assurance Autonomie, la FEDOM a interpellé Madame la Ministre car elle considère indispensable de repenser totalement sa proposition, laquelle de toute évidence, n’est pas en mesure de répondre aux besoins actuels et futurs de la population vieillissante ; dépendante ; isolée ; handicapée ; fragilisée…

Outre le rassemblement qui s’est déroulé ce mardi 17 avril, une conférence de presse s’était tenue à Namur ce 26 mars dernier. Une pétition intitulée « Sauvegardons le métier d’aide familiale » se diffuse également sur Internet depuis plus de deux mois et recense, à ce jour, pas moins de 12. 000 signatures !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *