Les disparitions de Seniors ? Le SPAF n’y est pas indifférent !

Ce lundi 26 juin, le Directeur général du Service Provincial d’Aide Familiale, Monsieur Didier DUBOIS, a signé le protocole « Disparition Seniors » pour les zones des polices locales « Haute-Meuse » et « Houille Semois ».

Un protocole qui concerne la collaboration entre plusieurs parties prenantes : la police locale, les différentes organisations d’aide, de soins et de santé, la Ligue Alzheimer asbl. Et il ne s’agit pas d’une nouveauté pour le SPAF ! Le 19 avril dernier, Monsieur DUBOIS signait, déjà, ce même « engagement moral et juridique » pour les zones des polices locales de « Lesse et Lhomme » et « Condroz-Famenne ».

 

Quel objectif ?

En cas de disparition d’une personne à risque, chaque minute compte ! Il est donc primordial de débuter rapidement les recherches. De par la vulnérabilité et la désorientation de ces personnes, les recherches sont spécifiques et difficiles pour les services policiers. La police locale a donc rapidement besoin d’informations : la photographie de la personne disparue, ses signes distinctifs, ses habitudes, les endroits où elle est susceptible de se rendre. Tout cela dans le but qu’elle soit retrouvée, au plus vite, en cas de disparition !

 

Quelle utilité et quels avantages ?

Lors du constat d’une disparition, l’entourage submergé par le stress et l’urgence, a parfois du mal à donner ces renseignements. Le Protocole « Disparition Seniors » prévoit alors l’instauration préventive d’une fiche signalétique des personnes à risque (photo ; style vestimentaire ; coordonnées…), qui reprend les informations nécessaires à la police pour démarrer rapidement les recherches. La réalisation de cette fiche sert donc à gagner du temps et à débuter les recherches avec davantage de professionnalisme.

Quel est l’impact du protocole pour un Service d’Aide à Domicile tel que le nôtre ?

Dès la disparition de la personne : le professionnel à domicile (Aides Familiales ou Accompagnatrices à domicile Alzheimer ou Aides Ménagères Sociales) contacte le numéro 101, le plus rapidement possible.

Une fois la police arrivée au domicile de la personne signalée « disparue », des fiches individuelles préremplies doivent être données à la police.

Le SPAF insiste donc auprès de son personnel sur l’importance de veiller à ce qu’elles soient complétées et diffusées à toute personne susceptible de la communiquer aux services de police.

 

Quelle ampleur pour ce projet ?

Depuis 2013, près de 65 zones de police sont liées à ce projet.

Durant l’année 2016 : Sur 200 000 personnes démentes en Belgique, 70% vivent à domicile. Parallèlement, les disparitions les plus fréquentes concernent des personnes âgées entre 50 et 70 ans…

Une vidéo d’informations du protocole ainsi qu’un exemple de « fiche signalétique » sont visibles ICI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *